Avoir des oreilles d’éléphant

Observer Ajan qui écoute quelqu’un est quelque chose d’impressionnant; penché vers l’avant sur sa chaise, ses yeux grand ouverts, sa tête inclinée vers son interlocuteur –  absolument toute son attention est concentrée sur l’écoute de celui-ci.

Lorsqu’il écoute, Ajan ne fait rien d’autre qu’écouter. C’est-à-dire qu’il écoute sans juger, sans établir son opinion ou son idée sur le sujet. Il sait que s’il a déjà établi sa propre opinion lorsqu’il écoute, il ne sera pas entièrement à l’écoute, il sera bloqué par sa propre idée du sujet.

Il a appris cet art de son professeur, qui, dit-il, écoutait de la même façon ; même lorsqu’il écoutait un enfant de sept ans parler, il se penchait vers l’avant et écoutait avec la même attention que s’il était en train d’entendre les derniers mots du Bouddha.

Éric a lui aussi une technique pour s’assurer de porter son attention sur l’interlocuteur; dès que quelqu’un commence à lui parler, il arrête ce qu’il était en train de faire et s’exclame : « J’écoute! », puis demeure silencieux et laisse l’autre parler. Il explique qu’il utilise cette technique pour ramener toute son attention sur l’écoute, pour éliminer tout autre sujet de ses pensées.

J’écoute! dit-il. En réalité, il se dit à lui-même : « Arrête toutes tes autres pensées – écoute entièrement. »

Bien entendu, cela est principalement pour quand le sujet est important, il n’aura pas cette attitude s’il entre en communication avec la caissière de la station-service pour payer l’essence.

J’ai appris quelque chose à ce sujet récemment. J’ai fait une erreur il y a quelques jours et Ajan m’expliquait pourquoi c’était une erreur et comment je devais faire pour la corriger et ne pas la refaire.

Alors que je l’écoutais, j’ai observé en dedans, et j’ai réalisé qu’il y avait dans mon esprit* une résistance à chaque mot prononcé par Ajan – ses mots étaient dans mon esprit comme des gouttes de pluie froides qui frappent la peau.

J’essayais vraiment d’écouter, mais j’ai vu qu’en fait, c’était mon égo qui écoutait; que la honte et le regret prenaient toute la place, mon esprit se tortillait d’embarras d’être réprimandée. Je n’arrivais pas à simplement accepter les mots, à prendre le message. Le message se rendrait, mais après avoir passé par un traducteur indigne de confiance.

J’explique avec beaucoup de détails ce qui en fait est arrivé dans une fraction de seconde, et c’est un peu difficile à décrire, car c’était léger.

Ce qui est important, c’est qu’au moment où cette résistance s’est fait voir, je l’ai lâchée et elle s’est dissoute immédiatement. J’ai ensuite été capable d’écouter et de vraiment porter attention à chaque mot sans jugement; sans résister ni m’accrocher à aucun mot.

Quelle beauté de savoir écouter ainsi! Corriger mon erreur était simple maintenant : j’avais quelqu’un pour m’expliquer comment faire, j’étais capable de vraiment écouter la correction, puis de mettre en application l’enseignement car je pouvais voir la sagesse dans celui-ci. Ça semble si simple et évident, mais en fait, presque personne ne sait écouter de cette façon. Pour y arriver, il faut enlever le Soi, enlever l’égo qui veut prendre toute la place, et donner l’entière priorité à ce qui est dit.


*Note: esprit (mind en anglais) est un mot qui reviendra souvent. Il n’y a pas de mot français assez précis pour traduire mind de l’anglais. Le mot esprit sera utilisé pour spécifier ce qui pense, l’activité mentale qui existe en chaque personne et qui vie les émotions, se souvient imagine, réfléchie, décide de poser des actions, est consciente de son environnement. C’est différent du concept de l’âme, d’une entité permanente qui demeure après la mort.

Leave a Reply